Contexte

  • Télécharger la page en pdf
  • Imprimer la page
  • Augmenter la taille du texte
  • Diminuer la taille du texte

Les Industries Culturelles comme contexte pour une formation artistique

« N’importe quel individu contemporain, vivant dans une grande ville, aujourd’hui, est confronté à une véritable pluie d’objets culturels et de signes. C’est une situation inédite. Jamais, aucun individu n’a eu à subir un tel déferlement dans l’histoire de l’humanité. Donc, à partir de cette situation de pluie culturelle, il faut essayer de construire une culture. Soit on se protège de la pluie en devenant complètement hermétique, soit on essaye de construire des rigoles, des dispositifs qui nous permettent de capter ces choses et de s’en servir. La véritable force subversive, c’est la force de l’usage.» BOURRIAUD, Nicolas, in www.lafriche.org/nta/ressources/contributions/nbourriaud.html

L’artiste d’aujourd’hui est déjà dans une attitude où il fait usage de ce monde. Il va reprogrammer des oeuvres existantes, habiter des styles, des images et des formes historisées, utiliser la société comme un répertoire de formes, une zone d’activités, cette démarche a entraîné de nouvelles formes d’oeuvres. « Ainsi, l’oeuvre d’art contemporaine ne se positionne-t-elle pas comme la terminaison du « processus créatif » (un « produit fini à contempler »), mais comme un site d’aiguillage, un portail, un générateur d’activités. » BOURRIAUD, Nicolas, in Postproduction Les presses du réel

Mais l’artiste de demain doit aussi investir de nouveaux lieux, ce nouvel espace en pleine mutation qu’ouvre pour la pensée le réseau Internet, outil central de l’ère de l’information dans laquelle nous sommes entrés. Aussi, cette formation supérieure en Art a pour finalité de créer un dispositif favorisant l’émergence d’un nouveau type d’artistes capables de dialogue et d’innovation. Ces artistes vont utiliser la culture mondiale comme boîte à outils pour de nouveaux agencements.

A ce titre, l’ESA des Rocailles et les autres acteurs du Plateau image de Biarritz deviennent un laboratoire d’expérimentations pour une nouvelle politique des industries culturelles afin d’inventer des protocoles d’usages encore inconnus, de nouveaux itinéraires à travers la culture. Par ailleurs, du fait de sa situation géographique, la question du développement durable est une préoccupation majeure de l’Agglomération Pays Basque. La Cité du Surf et de l’Océan à Biarritz, le parc écologique Izadia à Anglet, la zone protégée d’Ansot en constituent des signes visibles.