Cursus

  • Générer la page en pdf
  • Imprimer la page
  • Augmenter la taille du texte
  • Diminuer la taille du texte

Un diplôme inscrit dans le projet régional Aquitain de pôle d’éducation à l’image et dans un contexte Européen

L’Ecole Supérieure d’Art des Rocailles de l’Agglomération Côte Basque-Adour (ESA des Rocailles) délivre un Diplôme National d’Arts Plastiques (DNAP), option Art mention Industries culturelles correspondant à un cycle d’études de trois ans après le baccalauréat. Inscrit dans le cadre réglementaire de l’enseignement supérieur, il a été habilité par le Ministère de la Culture et de la Communication le 18 février 2008. Les études sont organisées selon le décret ministériel du 13 novembre 1988, l’arrêté ministériel du 6 mars 1997 modifié par celui du 13 novembre 2006.
Ce cursus complète les enseignements péri et post scolaires délivrés par l’école d’art située sur la ville de Bayonne. En 2013, elle compte environ 1300 inscriptions et 28 professeurs et intervenants. La formation artistique délivrée par l’ESA des Rocailles permet l’inscription des étudiants dans un cursus de LMD (Licence — Master — Doctorat) et s’intègre de manière cohérente dans le développement du potentiel d’enseignement supérieur et de recherche sur le territoire du Pays Basque.

Transversalité des pratiques, mutualisation des moyens, innovation relationnelle artistique et technique

L’ESA des Rocailles est implantée sur le site du Plateau image à Biarritz aux côtés du BTS Audiovisuel et du BTS Photo. La concentration de trois acteurs de la formation supérieure, orientés vers les métiers de l’image et les industries culturelles, a permis de créer une synergie entre les deux établissements afin d’offrir aux étudiants une formation supérieure originale et ouverte aux nouvelles pratiques dans le champ des technologies de l’informatique et de l’audiovisuel.
Tournée vers la Médiathèque, puissant outil de ressources, cette plateforme de formations regroupe d’autre part un important vivier d’acteurs autour de l’image et du son. La proximité du Centre Chorégraphique National Ballet Biarritz, la présence du Conservatoire à Rayonnement Régional et celle de la salle de cinéma Art et Essai Le Royal, favorisent des rencontres spécifiques orientées vers les univers des arts visuels et du spectacle. Cette situation singulière génère et facilite les expériences transdisciplinaires et décloisonne chaque compétence spécifique.
Le projet pédagogique de l’ESA des Rocailles met en synergie l’ensemble des pratiques artistiques et techniques propres à chaque structure du Plateau image afin de provoquer des rencontres entre audiovisuel, image, musique, danse et pratiques artistiques, symptômes de l’écosystème culturel qui nous occupe.
De manière certaine, cette formation supérieure offre un potentiel de mutualisation des moyens techniques et humains qui inscrit le projet dans un dispositif en réseau, source d’efficacité et de visibilité. La question de la diversité culturelle, du respect des identités et des minorités étant au coeur des problèmes posés par la mondialisation, le Pays Basque est un territoire d’expérimentation privilégié. Inscrit dans le projet régional Aquitain de pôle d’éducation à l’image, le Plateau image a tous les atouts pour devenir un pôle d’excellence dans le domaine des industries culturelles.

Le projet pédagogique, innovant et fédérateur, s’appuie sur les mutations profondes dans l’enseignement supérieur en Europe (déclaration de Bologne) mais s’adapte également aux conditions actuelles des pratiques artistiques dans leurs relations avec les industries de la culture et l’art contemporain. Structure de formations, de veille, de sensibilisation, de production et de diffusion, ce lieu, symptôme du dynamisme d’un territoire, crée un contexte culturel fort et exigeant, en phase avec son temps.
L’ESA des Rocailles participe à l’invention d’un « développement durable de la culture » respectueux de la diversité culturelle. Dans le domaine de la création artistique, l’enjeu majeur est de questionner théoriquement et plastiquement les outils mis en oeuvre par les industries culturelles, en particulier dans le champ des technologies numériques et d’inventer des langages, des pratiques artistiques, des relations qui permettent un partage du sensible. Loin de toute colonisation culturelle, ces nouvelles pratiques artistiques doivent inventer un nouvel Atlas des cultures révélateur de diversités.